Fin octobre 2015,  Céline Jeannier, la gagnante de l’édition 2014 du Challenge Crédit Agricole Nature Tour s’envolait  pour le Solukhumbu Trail au Népal. De retour en Savoie, elle nous relate ses semaines sportives au Népal, riches en rencontres.

« Pour commencer, encore un grand merci au Crédit Agricole Nature Tour pour ce gain qui m’a permis de vivre une véritable aventure à la fois sportive, humaine et culturelle.

Outre les journées de transport (avion, bus) et les journées passées à Katmandou en début et fin de séjour, le trail était composé de 15 étapes et d’un jour de repos, soit au total 285 km et près de 18 000 m de dénivelé positif.

Nous avons évolué majoritairement au-delà de 3000 m d’altitude. 4 étapes se sont déroulées à plus de 4000m avec 5 passages à plus de 5000 m.

Deux étapes à haute altitude m’ont particulièrement séduites : Lungden-Gokyo et Gokyo-Lobuche. Chacune d’elles était composée de deux passages à 5 300 m d’altitude, nous offrant une vue inoubliable, des moments magiques d’autant plus que la météo a été particulièrement favorable. Une impression de grandeur se dégageait véritablement, sous l’œil averti de Dawa qui ne manquait pas  de nous présenter les différents sommets et autres curiosités à ne pas manquer. Le jour suivant, la montée au mythique Kalappatar, haut de ses 5550 m, fut aussi un grand moment, nous permettant de tutoyer l’Everest et son camp de base.

De façon générale, j’ai été marquée par la technicité du terrain tout au long du parcours. Outre les forts pourcentages (tant en montée qu’en descente) et l’absence de portions plates, le terrain est majoritairement composé de grosses pierres rendant difficile le mode « course à pied » et obligeant régulièrement à marcher. Personnellement, cette caractéristique a été davantage un facteur limitant que l’altitude pour courir.

Ce voyage m’aura aussi interpellé sur les conditions de vie des Népalais. Les quelques jours passés à Katmandou ont rappelé que la beauté des paysages ne suffisaient pas à cacher la pollution des grandes villes ainsi que la pauvreté certainement accentuée par le séisme et le contexte économique et politique actuel. De même, les aménagements des lodges et leur isolement thermique particulièrement perfectibles contrastent avec le confort dont nous avons l’habitude. Ainsi, malgré les journées bien ensoleillées, le froid arrivait vite en fin d’après-midi, nous incitant à nous réunir autour d’un unique poêle situé dans la pièce principale du lodge et bien souvent alimenté en grande partie à la bouse de Yak.

Pour finir, un petit mot sur l’organisation du SKT 2015 : un grand merci à Dawa et Annie. Ils ont su composer un parcours nous permettant de découvrir le Solukhumbu sous différentes facettes (ses paysages, sa population, sa culture). Ils ont aussi su composer une équipe compétente pour nous accompagner sans encombre tout au long du périple (baliseurs, porteurs, staff médical…).

Le mot de la fin : Alors, même si vous n’avez pas la chance de gagner le Challenge du Crédit Agricole Nature Tour, n’hésitez pas, rendez-vous sur le site dawasherpa-experiences.com pour découvrir ce superbe votre voyage. Satisfaction assurée ! »

 

> Lire l’interview de Céline Jeannier avec son départ pour le Solukhumbu Trail.