Kevin, Président des Jeunes Agriculteurs du Bas Chablais, nous ouvre les portes de son exploitation pour nous parler de la transition écologique.

La transition écologique peut être définie comme une évolution vers un nouveau modèle économique et social qui vise à renouveler nos façons de consommer, de produire, de travailler et de vivre ensemble pour répondre aux enjeux environnementaux actuels. Les défis sont multiples et s’appuient sur différents leviers tels que la lutte contre le réchauffement climatique, la réduction de la consommation des ressources ou encore la réduction des déchets.

L’agriculture étant l’un des secteurs qui émet le plus de gaz à effet de serre, elle a aujourd’hui un rôle à jouer. Le développement des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique) représente l’un des moyens plébiscité pour diminuer les émissions.  Afin de préserver l’environnement, les modèles de production agricole doivent être repensés afin d’être plus justes et durables. Ainsi, l’agroécologie et l’agriculture biologique sont des pratiques agricoles efficaces pour préserver les ressources naturelles et la biodiversité, d’autant plus que les espaces agricoles couvrent plus de la moitié du territoire français.

L’agroécologie est l’ensemble des pratiques qui met en relation la science de l’agriculture (l’agronomie) et l’écologie. Elle vise à prendre en considération les écosystèmes dans la production, en se basant sur ce que la nature a à offrir. Cette pratique s’oppose donc à une agriculture dite intensive, qui repose sur l’utilisation d’intrants de synthèse (engrais, pesticides) et d’énergies fossiles.

A leur échelle, les consommateurs peuvent aussi s’impliquer dans cette transition écologique en s’approvisionnant auprès de producteurs français, privilégier les circuits courts et manger des produits locaux et de saison.