Rémunéré comme un compte sur livret classique, le Compte sur Livret (CSL) Projet Agri du Crédit Agricole permet surtout de générer des droits à prêts pour compléter le financement d’un projet d’installation agricole. L’épargnant peut choisir d’utiliser ces droits pour lui-même, les céder à un membre de son entourage ou encore en faire bénéficier le repreneur de son exploitation dans le cas d’une transmission. Explications…

 Même s’il est ouvert à tous, le Compte sur Livret Projet Agri a en quelque sorte été conçu « sur mesure » pour les agriculteurs. Cette solution d’épargne a en effet été co-construite avec le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA). « Le CSL Projet Agri a ceci d’original qu’il permet de créer un lien entre les cédants et les repreneurs puisqu’il incite les premiers à préparer leur succession par transmission, et les seconds à anticiper leur installation avec tout leur cercle familial et relationnel via la souscription de ce livret », résume François Chamot, président des JA de Haute-Savoie.

Des droits à prêts cumulables

Classique dans sa phase d’épargne, le CSL Projet Agri génère des droits à prêts qui peuvent donner accès à un prêt d’un montant maximum de 50 000 euros (selon le nombre de droits à prêts cumulés), avec un taux d’intérêt égal au montant du taux d’épargne plus 0,30 %. « C’est un levier très intéressant pour compléter son dispositif d’installation dans de bonnes conditions », souligne Lionel Gruffat, responsable du Centre d’Affaires du Développement de l’Agriculture au Crédit Agricole des Savoie. À noter que le prêt peut également financer l’achat de la résidence principale si elle est localisée sur l’exploitation.

S’il n’y a pas de durée minimum, le nombre de droits à prêt dépend directement du montant déposé ainsi que de la somme des intérêts : l’épargnant a donc tout intérêt à anticiper, « idéalement au moins 5 ans avant l’installation ou la reprise », préconise Lionel Gruffat. De plus, le jeune agriculteur peut cumuler les droits à prêt de plusieurs CSL Projet Agri : le sien, mais aussi ceux de ses proches et du cédant dont il envisage de reprendre l’exploitation. « Le fait de pouvoir faire bénéficier le jeune agriculteur de son choix des droits à prêts générés par son épargne est vraiment le point fort du dispositif », insiste François Chamot.

Faciliter les transmissions

C’est d’ailleurs auprès des exploitants que le Crédit Agricole des Savoie axe actuellement la communication autour de cet outil d’épargne. Dans le cadre du FAST (Fonds d’accompagnement à la succession et à la transmission) que les JA de Haute Savoie vont lancer en phase de test en 2019, les cédants bénéficient d’une exonération de certaines cotisations MSA : « l’idée est de les inciter à en profiter pour ouvrir ce type de livret, à la fois pour préparer leur retraite et faciliter la reprise », note Lionel Gruffat. À l’heure où le syndicat haut-savoyard a fait du renouvellement des générations un enjeu majeur, les arguments en faveur du CSL Projet Agri sont tout trouvés !

 

Publi-reportage – Uni-médias décembre 2018 – Crédits photos Istock