Entretien avec Richard Laborie, Directeur Général Adjoint du Crédit Agricole des Savoie, au Salon du SIMODEC (mars 2018).

Comment est-ce que le Crédit Agricole accompagne le développement économique des décolleteurs ?

Richard Laborie : « Nous les accompagnons d’abord sur le terrain. Nous avons une agence dédiée aux entreprises à Scionzier qui s’adresse non seulement aux décolleteurs mais aussi à toutes les entreprises qui font partie de leur « écosystème ». Le rôle de cette équipe est de les accompagner dans la durée. Nous sommes là quand les affaires tournent bien mais aussi quand les temps sont plus difficiles.

Bien entendu nous ne sommes pas des industriels mais des experts des problématiques, besoins et enjeux des décolleteurs. Il est important de savoir de quoi on parle pour pouvoir couvrir l’ensemble des besoins de nos clients et bien les conseiller. Nous sommes présents à la fois pour proposer des solutions pour financer l’investissement, la croissance, mais aussi pour couvrir les besoins court terme, accompagner le développement international ou couvrir les risques… »

Quelle est la vocation du Crédit agricole sur le territoire ?

RL : « Nous sommes là pour conseiller des acteurs d’une industrie qui a besoin de fonds propres, qui se développe et se consolide. Les décolleteurs ont besoin d’un accompagnement sur un temps long, d’un accompagnement responsable.  Nous sommes très actifs sur le territoire en étant partie prenante du fonds Arve industrie. Nous prenons également des participations directes dans des entreprises au travers de notre structure d’investissement Crédit Agricole Alpes développement, pour les accompagner dans la durée. Ainsi, nous avons récemment joué un rôle important dans le redémarrage de Maike automotive : nous faisons partie des quatre repreneurs des entreprises Préci Alp et Frank et Pignard, aux côtés d’industriels.

La Vallée de l’Arve est un territoire éminemment industriel, nous devons accompagner les défis et préparer l’avenir pour qu’elle reste un fleuron de l’industrie française. »

Quelles sont les forces principales du Crédit Agricole ?

RL : « Aujourd’hui au-delà des points que nous venons de mentionner, nous sommes la seule banque régionale à avoir une équipe de 25 personnes dédiées à l’international. L’avenir des décolleteurs passe aussi par la maitrise des débouchés internationaux.

Nos centres de décision sont locaux (les sièges sont à Annecy et Chambéry) ce qui nous confère une réactivité et une compréhension inégalées des réalités locales. Notre organisation mutualiste, avec notamment les assemblées générales de Caisses Locales qui ont lieu actuellement, renforce enfin cette dimension territoriale.

Nous sommes le premier financeur du territoire, que ce soit pour les particuliers, les professionnels, les agriculteurs ou les entreprises. En 2017, c’est plus de 3,5 milliards d’euros de financements que nous avons mis en place pour les accompagner dans leurs projets. Près de 500 millions d’euros ont été consacrés aux entreprises. Aujourd’hui, nous continuons à agir, notamment en mettant à disposition une enveloppe de 10 millions d’euros à taux zéro via le Pôle Mont-Blanc industries pour accompagner les projets innovants. »

 

Propos recueillis par Hélène Leforestier (Le Décolletage).

Crédits photo : Pixabay